Victoire à La Granfondo des 2 Alpes 165km !

Publié le par David

Après ma victoire la veille a la grimpée de la sure, je ne pouvais être que très confiant pour cette granfondo des 2 alpes qui me tient a cœur. Après deux 3ème places en 2008, 2010 et une 5ème l’an passé, j’avais l’envie de bien faire sur cette cyclo. Depuis ma reprise et surtout depuis ma victoire a la Valberg, je ne pensais qu’a cette cyclo ! J’en avais fais un objectif.

Le départ du Freney d’oisans jusque la paute, le pied du col d’ornon, se fait tranquillement. La montée d’ornon se fait sur une succession de petites attaques d’un coureur Italien, Paiato. Les jambes répondent très bien, et je surveille les adversaires les plus dangereux. On retrouve les spécialistes, Eric Leblacher, Nicolas Ougier, Jean-Francis Pessey, Jérôme Phanon qui m’avait impressionné a la Risoul ou encore le grimpeur local Mickael Gallego. Rien ne se passe.

Je le sais déjà, une première sélection va se faire dans le col du parquetout. Je le redoute car je sais que si on est mal, on peut perdre beaucoup de temps. Ce qui m’a toujours pénalisé ces dernières éditions.

 

Je laisse faire, dès l’entame des premières pentes raides(5km à 11%), Leblacher prend les commandes. Je me contente de suivre. Arrivé a un certain point de repère, à 3,5km du sommet environ, je sais que c’est l’endroit ou je vois si je suis bien ou pas … et là contrairement à d’habitude je suis super bien et prend un relais. Plus que Leblacher et Phanon(qui me semble pas au mieux) arrivent a suivre. Avec le MP3 bien fort dans les oreilles, avec Eric, je me fais mal jusqu’au col pour essayer d’épuiser un peu les adversaires. Seul Gallego arrive a rentrer dans le dernier kilomètre. Je savais que si je passais le parquetout dans de bonnes conditions, ca pouvait faire mal. Il restait a ne pas faire trop d’erreurs ensuite…
Je loupe la catastrophe dans la descente que je connaissais pourtant bien. Dans une épingle, je vois au dernier moment des gravillons et je ne veux pas virer dessus pour éviter la chute , du coup je fais quelques mètres dans l’herbe, descend du vélo pour repartir, j’etais très confiant et n’est pas perdu mon sang froid. Je reviens d’abord sur Phanon qui ne descendait pas très bien puis sur Gallego et enfin sur les 2 hommes de tête : Eric et un Anglais du Team Sigma Sport(equipe pro continentale) Sybrandy Wouter.

 

Dans la petite vallée qui mène a Sievoz, les relais tournent bien, on attend Phanon, qui a quand même du se faire la peau pour rentrer. Nous sommes donc 4 en tête. La montée sur sievoz ne se fait pas a un rythme assez élevé pour conserver l’écart et le groupe derrière, avec Ougier, Pessey, Gallego et Paiato. Nous sommes donc un bon groupe !

La montée vers la morte ne fera aucune différence.

Dans la descente de la morte, Leblacher prend les devants, je suis dans la roue a Gallego et il laisse quelque longueur, du coup Eric prend rapidement le large. Je préfère ne pas tout lâcher dans cette descente et rester dans ce groupe connaissant la longue vallée qui nous attend.

Dans celle ci, on roule a un rythme raisonnable jusque Livet et Gavet, puis Ougier décide d’accélérer le rythme pour revenir sur Leblacher. Ca roule fort, Phanon, Pessey et Gallego en font les frais. Même moi avant Bourg D’oisans je suis limite, le compteur frôle les 50kmhr ! On revient a 30secondes a vu d’oeil de Leblacher.

Dans la garde, je laisse monter les premiers mètres pour voir comment sont mes adversaires. Très vite je comprends que je peux monter plus vite et je passe devant. J’avais reconnu cette Pantani 10jours auparavant, et j’avais vu que je pouvais finir très très fort sur cette partie. Je monte donc a mon train, sans tout faire pour revenir sur Eric car j’ai l’impression qu’il plafonne devant. Il reste encore du dénivelé pour revenir.

Seul l’Anglais reste dans ma roue.

Dans la montée des balcon d’auris, je laisse prendre un relais a Wouter, mais la vitesse diminue et je ne voulais pas perdre Leblacher de vue. Je mène le train.

Dans une petite descente, je mange un peu et Wouter reprend un peu de large. Je ne m’affole pas, je suis confiant.

 

549671_10151134375163606_186698744_n.jpg

On arrive au Freney. Il reste 12km. Leblacher a 40sec environ, Peter 25sec. Je met la musique a fond dans les oreilles. Maintenant je n’est plus qu’un objectif, ne plus quitter le gros plateau et tout donner pour faire la meilleure montée possible sans me soucier des deux devant.

Mètre par mètre je reviens sur eux. A 7km des 2 Alpes, je reviens à leurs talons (Wouter était revenu sur Leblacher). Je temporise un peu. Dans une épingle j’accélère pour mener un rythme peut–être d’un kilomètre heure plus vite. Dans le virage qui suit, plus personne dans ma roue. Maintenant il me reste plus qu’a appuyer très fort jusqu’en haut et ne penser à rien si ce n’est qu’à de multiples motivations qui m’ont permis d’être ici à ce moment précis. Les mètres passent je me retourne et je ne vois plus rien du tout.

 

579964_10151134372273606_1599005555_n.jpeg

Ca sent vraiment bon. Le dernier kilomètre, je savoure complètement, je suis HEUREUX, je n’imaginais jamais avoir ce niveau il y a 3 mois.
Pour moi la saison est remplie (4 gagnes, 2 grimpées, 2 cyclos) maintenant ce sera que bonus, et le prochain objectif est la marmotte 2013 :)

303682_10151134376188606_1319452901_n--1-.jpeg

Le classement : 

Capture-d-ecran-2012-08-27-a-07.33.41.png

ENCORE MERCI a tous ceux qui m’ont soutenu pendant ma période de convalescence, ma famille et mes amis, et ceux qui ont cru en moi, car c’était un dur moment !

 

 

 

 

 

Publié dans Journal de Bord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Est-ce que tu as vu Le Cycle d'octobre ?<br />
Répondre
F
<br /> avec un peu de retard car de retour de vacances un grand bravo pour cette performance de haut vol !!! A bientôt sur les routes. Fred<br />
Répondre
B
<br /> C'est bien David, ta course est pleine de temporisation et d'intelligence, et quel plaisir cela doit être de revenir à ton niveau, voire mieux, après des semaines de doute !<br />
Répondre
J
<br /> Bravo ! C'est avec plaisir que j'ai suivi ta saison... Quel courage et quel mental !<br /> <br /> <br /> Question de passionné : avec quel type de roues effectues-tu tes cyclos de montagne ?<br />
Répondre
L
<br /> Ca c'est une sacrée reprise !!! Quel niveau maintenant !! Bonne continuation!<br />
Répondre